•  

     

     

    Le Printemps

                         Un clou dans chaque main

                         Il reste là, suspendu à sa poutre

            Au loin, des femmes pleurent

                        Lui il reste calme

                        Il n’a plus peur

           Les pleurs se rapprochent

                       Du sang coule de ses mains perforées

                       La fin est proche

          Les femmes sont là, à ses pieds

                       Lui, il peut mourir

                       De toutes ses forces il a lutté

                      De toutes ses forces il a aimé

                      Mais on l’a trahi

                     Alors pourquoi rester ?

         Déjà les femmes sont reparties

         Laissant choir ici

        Celui qu’elles avaient tant loué

                   Lui, il n’est plus là

                  Il a déjà rejoint les siens

                                Mais après lui arrive le printemps.

                                                                    Gray le 20 avril 1985

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique